Derniers sujets
» Postulation
Sam 15 Oct 2016 - 21:23 par Spiritze

» Postulation
Mar 11 Oct 2016 - 14:29 par gayou

» Qui a déjà vu le film?
Lun 13 Juin 2016 - 16:23 par Limarwinn

» Postulation
Ven 13 Fév 2015 - 10:58 par Hystera

» Postulation
Mar 11 Nov 2014 - 20:43 par Werwall

» Un petit retour aux sources. :)
Mer 27 Aoû 2014 - 20:09 par Lechât

» Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)
Lun 12 Mai 2014 - 8:30 par Limarwinn

» Récit d'un Barde autour d'une tasse chaude méritée de lotus givré mentholé
Lun 24 Juin 2013 - 17:18 par oya

» Recrutement actuel [OUVERT]
Lun 20 Aoû 2012 - 15:58 par Limarwinn

» Louange à un ami
Jeu 6 Nov 2008 - 7:14 par Artémiss

LEGION

LE PALAIS DE SACRENUIT
HÉROÏQUE (6/10)

TRILLIAX - 06/04/17

LE PALAIS DE SACRENUIT
NORMAL (10/10)
GUL'DAN - 06/04/17
ELISANDE - 19/03/17
ETRAEUS - 12/03/17
BOTANISTE - 5/03/17
TICHONDRIUS - 20/02/17
KROSUS - 6/02/17
ALURIEL - 1/02/17
TRILLIAX - 22/01/17
SKORPYRON - 18/01/17
ANOMALIE - 18/01/17


LE JUGEMENT DES VALEUREUX
NORMAL - 3/3

HELYA - 15/01/17
GUARM - 27/11/16
ODYN - 20/11/16


LE CAUCHEMAR D'ÉMERAUDE
HÉROÏQUE - 6/7

CÉNARIUS - 15/01/17
ELERETH RENFERAL - 12/01/17
IL'GYNOTH - 11/01/17
URSOC - 30 /11/16
DRAGONS DU CAUCHEMAR - 16/11/16
NITHENDRA -
18/10/16

LE CAUCHEMAR D'ÉMERAUDE
NORMAL - 7/7


XAVIUS - 18/10/16
CÉNARIUS - 13/10/16
IL'GYNOTH - 12/10/16
DRAGONS DU CAUCHEMAR - 09/10/16
ELERETH RENFERAL - 25/09/16
URSOC - 25/09/16
NITHENDRA -
25/09/16
-----


WARLORD OF DRAENOR (HM Clean)
MIST OF PANDARIA (HM Clean)
CATACLYSME (HM Clean)
WRATH OF THE LICH KING
BURNING CRUSADE
VANILLA
...

1er Août 2005
Le Cercle de la Licorne
est né et est présent
Sur Khaz Modan depuis lors...


Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Sindaril le Lun 24 Juin 2013 - 8:26

avatar
Sindaril
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 1233
Age : 57
Localisation : Côte d'Azur
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Miss le Lun 24 Juin 2013 - 9:48

Applaudissement !!!!

Miss
PETIT SCARABÉE
PETIT SCARABÉE

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Lun 24 Juin 2013 - 17:25


LIM SOS !!! je ne peux pas éditer sur cette partie du forum, donc je ne pourrais pas mettre à jour le sommaire !!
faut que tu me donnes des droits d'édition sur le forum STP !!!!!!!!
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Lun 24 Juin 2013 - 17:37

Non, mais pas besoin d'écrire aussi gros.

_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Lun 24 Juin 2013 - 17:49

Droits d'édition ouverts aux membres normalement, j'ai coché le pitite truc.

_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Lun 24 Juin 2013 - 18:17

merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!!merci !!!
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par gabrielmouss le Mar 25 Juin 2013 - 10:43

Comme a dit ma Limette, l'esprit licorne est tjrs la!!!!!! Et la ça n'a pas de prix....que de talents dans cette guilde qu'on soit raiders, lili ou ménestrels.....
Licorneeeeeee powaaaaaaaaaaa
avatar
gabrielmouss
ASHIGARU
ASHIGARU

Nombre de messages : 348
Age : 43
Localisation : Roanne
Date d'inscription : 07/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Lun 25 Nov 2013 - 19:01

A Licorne, Licorne et demi !!
 
L’air froid de l’automne la faisait frissonner, tandis que la pénétrante humidité du brouillard matinal venait cristalliser sur son pelage, imprégnant jusqu’à son pourpoint épais. L’hiver n’allait plus tarder, les feuilles teintées de douces et chatoyantes ocres avaient déjà presque toutes touchées le sol, tandis que les oiseaux se regroupaient pour prendre son envol. Mais pour l’instant ce qui allait venir était tout d’abord l’aube que l’on voyait poindre au loin, teintant la nuit des premiers rayons de l’aurore.
Ce miracle sans cesse renouvelé, de la lumière prenant le pas sur l’obscurité, du fracas de la vie mettant à bas le pesant silence nocturne, l’avait fascinée chaque matin depuis aussi longtemps que remontaient ses souvenirs. Et elle l’appréciait encore bien plus depuis qu’elle était devenue worgen et que ses sens s’étaient aiguisés au-delà des facultés humaines physiologiques.
 
Mais ce matin, comme parfois au terme d’une nuit de combats, rien ne l’importait plus que son corps perclus de fatigue et son estomac criant famine comme l’estomac d’un loup peut crier famine. Nul pépiement d’oiseaux, nul clapotis de carpe bondissant dans les flots d’un cour d’eau, nul mugissement d’une vache attendant la délivrance de la traite n’aurait pu détourner son être du fumet si caractéristiques que lui apportait les vapeurs de la ville. Par-dessus les relents salins du port, par-dessus l’odeur de l’eau croupie des canaux, au-delà des effluves des tanneries, de l’aigreur des composants d’enchanteur et de l’encre séchée, elle ne sentait rien d’autre que le pain chaud cuit au coin de l’âtre et le lait chaud prêt à accueillir le fameux chocolat elfique qu’elle faisait importer à grand frais, par contrebande gnome. Mais pas n’importe quel pain et pas n’importe quel lait… ceux qui l’attendaient, frémissant sur un coin de la table...de SA table…mais quelle table ! Nulle autre que celle du « Cochon Siffleur ».
 
Aucun œil humain, même exercé n’aurait pu, ne serait que discerné le clocher de la cathédrale, mais, elle, percevait, chacun des détails des toits de la ville … et tandis que toute autres races n’aurait perçut que l’odeur de la mousse et du feuillage doré d’Elwynn, elle pouvait déjà reconnaitre chacun des plats préparés par les nombreuses ménagères de Stormwind. La ville s’éveillait, comme si elle l’attendait. La ville ne le savait pas encore, mais, elle serait bientôt là.

Laissant son fidèle tigre se reposer dans une écurie spécialement aménagée de Glodshire, et après lui avoir donné un bon quartier de cuissot de dragon, saignant comme il aime, elle rejoignit la ville. Elle aurait pu prendre la Malle-poste, ou se servir de sa sombre course, mais malgré la faim qui l’étreignait et lui torturait l’âme d’un feu plus brulant que la lave comme seul un loup peut être torturé par la faim, elle décida de prendre son temps. Elle flâna le long du chemin, profitant de la nature qui allait bientôt plonger dans son hibernation hivernale.
 
Elle essayait de penser à ces êtres chèrs qu’elle allait retrouver au coin du feu, mais tandis qu’elle aurait aimé penser « chers », elle ne pensait que « chaire », elle voulait penser « retrouver » et s’entendait espérer dévorer… il est des instants où rien ne lui répugne plus qu’être worgen, et puis elle pensa aux milles parfums centuplés d’un gigot d’agneau, et la salive lui venant aux babines, elle se réjouie de son gout et de son odorat surdéveloppé… la vie était si belle, elle avait l’impression qu’être devenue worgen l’avait fait passer d’un monde en noir et blanc, à la technicolor haute-définition, rien n’était plus comparable, elle était exactement la même mais elle n’avait plus une once d’elle-même. Comme si elle n’avait longtemps été qu’une pale copie de celle qu’elle était désormais… mais en même temps elle était telle qu’elle avait toujours été… elle l’était juste plus intensément… elle était elle qui serait elle-même en mieux tout en étant la même …
 
Avant même d’y avoir pensé, elle vit se déssiner devant elle le fumet de l’auberge…Elle le voyait aussi nettement, qu’elle voyait l’herbe. Elle discernait la rondeur du cuissot sur la broche, la douceur du pain, l’aigreur du yaourt que mangeait les gnomes et pourtant une odeur n’a point d’apparence physique. Comment une chose si intangible qu’un arome pouvait la hanter, la guider, la posséder aussi puissamment ? Tandis qu’elle songeait a la matérialité des odeurs elle était parvenue devant la porte de l’auberge… guidée par son instinct… guidée par la faim.
 
Un instant, elle vit son reflet dans les carreaux embués de la petite fenêtre de la tannerie voisine. Et ce qu’elle vit la fit frémir. Elle se voyait douce et fragile jeune-femme en fleurs, cheveux dorés tressés, et tombant au creux des reins, robe de coton bleu rebrodée d’ornements mystiques, mains douces aux ongles soignés, un panier rempli de plantes à la main… mais dans la vitre elle distinguais rien de tout ça …elle se vit, telle que les autres la voyaient… elle vit les yeux rouges, les dents aiguisées, le poil brun hirsutes, des nattes désordonnés, formant comme des lugubres tentacules de chaque coté des ses oreilles pointues… des pates aux longues griffes, des hardes de combat puantes en guise de parure et son bâton de combat couvert de poussière et de sang.
 
Que s’est-il donc passé ? Elle ne se posa même pas la question : elle avait faim !! Et une faim de loup ne souffre nul contretemps.

Elle posa sa lourde pate sur la poignée de porte et s’apprêtant a tirer la chevillette, elle aperçut sur le pavé gris et sale de la ville, ces lourdes bottes de combat qui ne la quittaient plus guère. Depuis quand ne les avait-elle pas ôtées ? Ne serait-ce que quelques instants ? Quelques jours ? Des semaines ? Des Lunes ? Elle ne savait plus dire.
 
Elle avait perdu le compte du temps depuis que « ils » étaient partis… après leur départ, après le trouble, le chagrin et un peu de colère, la vie avait repris son rythme inflexible … sauf que désormais ils étaient bien moins nombreux pour mener les combats. Telle Pénélope remettant chaque jour son aiguille à l’ouvrage, ils avaient affuté leurs épées, poli leurs armures, sellé leurs montures et ils étaient repartis aux combat. Car jamais une Licorne ne renonce, jamais une Licorne ne faiblit, jamais une Licorne ne recule. Jamais une Licorne ne fléchit.  Il n’y a pas mille façons d’être Licorne. Il n’y en a qu’une !! Celle du Cercle.  Et il n’y a qu’une seule manière de quitter le Cercle, celle qui d’une fraction de seconde fige le sang dans les veines, celle qui stoppe le tambour lancinant du cœur, celle qui fait disparaitre le souffle de la vie. Quand on se donne au Cercle, on se donne tout entier, on se donne pour toujours. Mais le Cercle savait être reconnaissant envers ses fidèles, généreux avec les siens… au-delà de tout ce que l’or du monde tout entier aurait pu acheter. Ils étaient partis, sans même savoir que ceci faisant ils sectionnaient eux-mêmes le fil des Parques au plus prés du fuseau.
 
Mais Beetyourson était loin de toutes ces considérations !!  Elle avait faim !!! Et une louve affamée …a juste faim..et rien d’autre !!

Dans un son mêlant grognant de dépit, rage de frustration et impatience, arquant ses muscles, elle se plia en deux, en puisant dans la force surhumaine des worgens, elle arracha littéralement ses bottes pour ne pas perdre de temps a les retirer. Le geste fut si violent que les bottillons dépenaillés dessinèrent un long et haut arc de cercle dans les lueurs dorées de l’aube et retombèrent, formant un double geyser, loin, dans la mer.  Puisant dans les dernières parcelles de sa volonté, avant que la faim ne finisse par la submergée, elle ouvrit la porte avec la plus grande douceur qu’il lui était possible, l’envoyant valdinguée contre le linteau. Se déplaçant aussi doucement que peut le faire une masse de 2m50 de haut, elle se courba pour franchir le seuil de la porte et ne point se heurter la tete, et pénétra dans l’auberge. Elle fut aussitôt saisie par l’odeur encore plus prégnante du repas qui mijotait. Et dans tout son être ne raisonnait qu’une seule mélopée : manger ! manger !! manger !!
 
D’un bond, elle traversa la salle, et s’attabla, d’un même mouvement, elle rempli sa chope de lait tiède en maculant largement la nappe blanche fraichement repassée, versa du chocolat elfique, y ajouta du miel et dans un seul lapement avala un quintal de la préparation. Sa chope à peine vidée, elle l’abandonna, chavirée sur la table, tandis qu’elle se saisissait d’une grosse tranche de pain tiède. Elle y tartina du beurre, y posa de la confiture et du jambon et l’engouffra d’une seule bouchée.

Son estomac se remplissant et sa faim diminuant, ses sens se remirent en fonctionnement, et elle perçut enfin les regards lourds qui se posant sur elle lui hérissaient le poil. Elle se doutait bien que Lim devait lui jeter un regarde désapprobateur et que celui d’Oya serait consterné. Mais elle ne doutait bien que tous partiraient d’un grand éclat de rire. Sauf que là, son odorat, qui avait enfin abandonné l’obsession d’un bon repas, lui indiqua la présence de visiteurs. Et levant enfin la tête, elle aperçu tout autour d’elle, une troupe drue de mercenaires. Ils n’étaient pas tous Licorne, mais elle les connaissait tous cependant. Elle n’eut pas besoin de poser les yeux sur leurs tabards bleus, pour reconnaitre leurs alliés de toujours. Mais quelle bonne surprise !! Et dans même élan son esprit lui répliqua : Mais quel spectacle tu viens d’offrir !!
 
Si elles n’avaient pas été recouvertes d’une épaisse toison brune, chacun aurait pu voir la violence de la rougeur qui lui monta aux joues.
 
- Nous avons des invités … annonça Lim, simplement, comme une évidence.

- … je vois ça… marmonna-telle

- ils vont resté avec nous quelques temps.

- …euh… bien sur …

- pour toujours en fait

- ah ?! …
 
Et un silence de plomb retomba dans la salle, seulement rompu par le grésillement du roti sur le feu.
 
- Ohlalala, elle mange vite la drole de dame, Maman !! Elle a tout salit en plus, Maman !! hein c’est vrai Maman ?!  la voix sur-aigue était venue d’une toute jeune fillette gnome pas plus grande qu’un bretzel.
 
Le silence retomba. Chacun se demandant comme la louve allait réagir.
 
Et puis ce fut un grondement, venu du fonds des âges, un grondement qui mis les sens de chacun en émois. Un grondement qui aurait pu faire fuir n’importe qui… et puis la petite-fille gnome se joignit au grondement dans un rire cristallin, tandis qu’elle se jeta au cou de Beetyourson en criant :
 
- toi je t’aime !! t’es trop rigolote !!!
 
 Le silence revient à la vitesse de la charge d’une cavalerie …
 
-   bon ok, ils peuvent rester… mais ils ont pas intérêt à faire le bazar, ou à tout salir !!
 
Et l’ensemble de la compagnie partie d’un franc éclat de rire, tandis que la louve haussant des épaules et fronçant des sourcils se dirigeait vers sa chambre. Avant, de pénétrer dans la pièce, elle jetta sur l’assemblée un dernier regard. Ils étaient tous retourné à leurs occupations, riant, jouant, jouant aux dominos trolls, commentant la gazette de Stormwind. Et refermant la porte sur elle, Beetyourson ne pu réprimer le rictus des babines qui sous forme de louve, formait un large sourire.
 
L’avenir s’annonçait bien agréable avec cette troupe…



ps : ça doit etre bourré de faute et il doit manquer des mots, je relirais ça demain à tête reposée, pour les corrections. bonne soirée à tous.
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Sindaril le Mar 26 Nov 2013 - 9:20

GG beety !! ^^
avatar
Sindaril
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 1233
Age : 57
Localisation : Côte d'Azur
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Miss le Mar 26 Nov 2013 - 10:38

Je n'ai qu'une seule chose à dire........J'ACHETE!!!
Super Beety, à quand la sortie de ton 1er ouvrage littéraire ????
Tu en mets un de côté pour moi ^^
Love it .....J'applaudis (pas trouvé le smiley)

Miss
PETIT SCARABÉE
PETIT SCARABÉE

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 17/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par gabrielmouss le Mer 27 Nov 2013 - 4:43

Que dire.....respect.
Je vais penser a une reconversion....dans mécanique...gnome de moi même....
Bises
avatar
gabrielmouss
ASHIGARU
ASHIGARU

Nombre de messages : 348
Age : 43
Localisation : Roanne
Date d'inscription : 07/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Mer 27 Nov 2013 - 7:30

Voilà où passent nos kits de nouilles !!!
Ça m'a donné faim du coup.

_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Mer 26 Fév 2014 - 18:35

Les secrets qu'enrobe l'ombre de la nuit


Depuis que Limarwinn n'avait plus personne avec qui partager ses douches, elle n'allait plus se coucher avec le même entrain. Elle n'arborait plus au moment de fermer la porte de sa chambre le rosé aux joues, l’œil pétillant et le sourire à peine contenu qu'elle avait affiché auparavant. Désormais n'ayant plus son plus proche confident avec qui partager le soir la tension de la soirée, elle flânait le soir au coin de la cheminée, ne montant rejoindre Morphée que lorsque tous s’étaient endormis. Une fois le silence revenu dans le quartier général, une fois les joyeux cliquetis et rires de la journées apaisés, quand ne raisonnaient plus que les murmures de la nuit et le cliquetis des pendules, elle posait, son livre,sa correspondance, ou tout autre ouvrage et noyait longuement son regard dans la flamme hypnotique du feu tandis que ses pensées vagabondaient au grès des souvenirs et des espoirs. Puis après un nombre conséquent de cliquetis de pendules, elle s'ébrouait, étirait ses membres et allait rejoindre la douceur douillette de son lit.

Ce soir, comme chaque soir, une fois tout le monde couché, elle posa sa plume et son parchemin, remettant au lendemain l'étude des comptes de la troupe. Elle se servit un broc de bière naine tiède, verrouilla soigneusement la porte d'entrée et alla s'installer dans son fauteuil habituel prés de l’âtre. Son esprit vagabonda longuement allant des vastes contrées de la désolation des dragons, aux neiges de son enfance, passant par la plage dorées aux doux souvenirs, aux sourires de ses parents, aux combats à venir, aux jeunes en formation, aux parties de trolls dominos. Puis quand sa nostalgie se fut assez nourrit du passé et que ses espoirs se furent revigorés des projets, elle avala cul-sec le reste de sa chope, étira ses membres, sautant du fauteuil et se dirigea vers sa chambre.

Machinalement elle ferma le verrou de la porte, et gravit les escaliers de bois qui conduisaient aux chambres et dortoirs. Elle posait la main sur la poignée de sa porte quand elle entendit distinctement un bruit sourd.  Elle dressa l'oreille, puis n'attendant plus rien, elle ouvrit sa porte et en passa le seuil. Au moment, où elle allait repousser le battant, le bruit se renouvela montant du rez-de-chaussée.

Limarwinn se saisit de son coutelas qui pendait à sa ceinture. Elle se dirigea vers l'escalier. Le bruit se reproduit. Elle descendit lentement les marches une à une, retenant son souffle, tandis que le bruit revenait à intervalles régulier. Bientôt, elle aperçu la porte d'entrée entre-ouverte qui battait au vent, soudain celle-ci s'ouvrit franchement sous la poussée du vent et se referma en claquant contre le battant. Limarwinn s’aperçut à cet instant qu'elle avait déjà fermé la porte de l'auberge deux fois ce soir...

La courageuse naine, referma lentement la porte, et entrepris alors de faire une inspection à la recherche de l'intrus. Elle venait de pénétrer dans l'arrière cuisine, quand elle entendit, un froissement, le bruit sourd de pas étouffés dans l'escalier. Elle retourna lentement dans l'entrée, retint son souffle, puisa dans son courage et gravit alors l'escalier, puis longea le couloir qui serpentait entre les chambrées, fouilla la bibliothèque. Nul âme qui vive ! Vérifia les siens endormis dans les chambres, et rien ne différait des autres jours.

 Elle retournait sur ses pas, quand elle cru apercevoir fugacement un scintillement sur le sol en plancher. Se baissant, elle pu alors ramasser du bout des doigts une petite paillette étoilée d'1cm de haut. Une paillette qui n'avait strictement rien à faire ici !

Depuis le départ d'Arthéros Bieber, et la disparition corollaires des trollsparazis se genre de choses, alors habituelles, ne se produisaient plus. Mais qui avait ouvert la porte ?... deux fois ! qui avait gravit les escaliers ?, qui avait perdu une paillette ?

Rapidement, Limarwinn fit l'inventaire de ses ouailles. Qui aurait pu découcher ainsi ? Il lui venait bien deux ou trois suspects, mais à défaut de pouvoir les questionner en pleine nuit remit son enquête au lendemain, fulminant intérieurement contre "ces mômes qui ne deviendront donc jamais adultes, même après toutes ces années". Puis en un éclair de seconde envisagea les pires explications, des explications au fétide relent de trahison, elle voulu repousser vivement ces idées, mais elles revenaient vers elle lancinantes.

Une personne qui n'aurait rien eu à se repprocher aurait simplement annoncer son intention de rentrer tard, or ce soir, tout le monde était allé se couché tot. Le mystère restait entier. Quoi qu'il en soit ce chenapan aurait de sacrées bonnes explications à donner une fois que Limarwinn l'aurait identifié. Ce comportement était d'autant plus inacceptable, que chacun était libre d'aller et venir comme bon lui semblait.

Lorsque l'aube se leva, Limarwinn était bien décidé à découvrir, le fin mot de l'histoire. Elle conçu un plan d'action, qu'elle mis en œuvre dès le soir venu.

Ce soir là, elle fit comme chaque soir, puis simula son coucher,se cachant dans l'ombre d'une plante grasse et attendant que le fautif tente sa sortie nocturne. Elle n’eut guère à attendre longtemps.

Une ombre se faufila dans l’escalier, celle-ci était soigneusement enrobée dans une grande cape à capuche. Il 'était totalement impossible de distinguer ses traits. Tout juste Limarwinn pu supposer à la forme de l'ombre qu'il s'agissait d'un elfe, surement masculin vu la carrure des épaules. Les botes en peau retournée typique des chasseurs, étaient assez caractéristiques pour laisser peu de place au doute sur l'identité de la personne. Mais les bas résilles qui gainait ses jambes détonnaient furieusement avec la tenue habituel de ce guerrier émérite. Et surtout l'ombre tenait à bouts de bras une paire d'escarpins vertigineux, de ceux qui arborent à la fois talons aiguilles, et plate-forme. Des escarpins rouge qui scintillaient dans la nuit malgré la pénombre.
exactement ceux là

Limarwinn aurait pu faire connaitre sa présence, et démasquer l'énergumène, mais elle choisit de le laisser sortir, et de le suivre pour savoir le but express de ces sorties nocturnes. L'ombre s'approcha de la porte, la déverrouilla et sorti lestement. Limarwinn avec la discrétion de sa race la suivi promptement. L'ombre cheminait rapidement dans les rues pavées de la vieille ville, traversa le pont du canal, et se rendit dans le quartiers des nains, il ne lui fallut peut de temps pour rejoindre le tramway pour Ironforge. Le mystère s’opacifiait.

Notre chère Limarwinn du développer des trésors d'ingéniosité pour rester discret dans les wagons translucides et vide du tramway. Cependant des années d'expérience au combat lui avait appris quelques astuces. Arriver à Ironforge, l'ombre eu vite fait de se faufiler dans les sous-sols que peu de personnes connaissent et que tous redoutent. Ces sous-sols desservis par seulement 2 entrées, étaient infestés de rats, et servaient depuis longtemps de refuge aux pires renégats et malandrins.

L'ombre trouva son chemin, jusqu'à un tripot bien peu recommandable, au plus profond du profond des profondeurs de la vieille ville naine. Le trippot avait comme nom : le chalumet baveur. N'en demander pas la signification, sachez seulement qu'aucune personne saine d'esprit et un tant soit peu honnête ne se serait dirigé volontairement vers le chalumet baveur. L'ombre salua l’espèce de montagne de muscle peu avenante qui gardait l'entrée de la gargote, et y rentra prestement.

Après avoir attendu près de 2h Limarwinn, du se résoudre à entrer pour en savoir plus. D'un pas leste et assurée la naine se dirigea vers l'entrée, les salua d'un geste désinvolte et franchit la porte. Aussitôt l'ambiance lourde, enfumée et alcoolisée lui sauta à la gorge, l'agressant  après le silence pesants des bas-fonds. Limarwinn se dirigea entre les tables où de nombreux gaillards peu recommandables descendaient des quantités d'alcool bien trop importante pour leur santé. Limarwinn avisa une chaise vide, s'y assis, et commanda un broc de bière à la serveuse mi-dénudée qui se présenta à elle.

La naine promena longuement son regard dans la salle, observant, scrutant chaque trait. La population du bar était pour le moins hétérocyte, tout ce que les races de l'alliance avaient pu produire de plus glauque dans la catégorie des malfrats, des truands, des filles de joie et autres assassins était réunis là. Les serveuse aux formes aguichantes arboraient des jupes trop courtes et trop étroites, sur laquelle trônait une tout petites micro brassière ajourées. Elles n'hésitaient pas à s'assoir sur les genoux des clients, et acceptaient bien volontiers les mains baladeuses.  L'alcool coulait à flot, la musique était forte, et sur de nombreuses cartes s'échangeaient de fortes sommes d'argent à la faveur du hasard des cartes et des dés.  De temps à autre, une échaffourée faisait voler verre et tables, les videurs intervenaient alors pour séparer les protagonistes, n'hésitant pas à distribuer les coups, et expédiant si besoin les indésirables par la porte.

Dans le fonds de la salle sur une estrade, une femme chantait, elle portait une tenue quelque suggestive. Sa voie, était rauque, sonnait faux, faisant discorder les notes du piano mécanique qu'actionnait un gobelin... mais peu importe puisque personne ne l'écoutait. Cette femme était là, mais elle aurait pu etre ailleurs, insensible à tout ce qui l'entourait, habillée courtement ( comme ça ), maquillée outrageusement, et surtout arborant des escarpins rouges...

Lorsque Limarwinn apperçut les escarpins, elle leva lentement la tête vers la chanteuse, et bien qu'ayant depuis plusieurs heures deviner son identité, elle faillit se déboiter la mâchoire tant elle resta ébahi.

Elle s’apprêtait à quitter les lieux, tout aussi intriguée parce qu'elle venait de voir, qu'elle l'avait été en arrivant, quand elle aperçu un troll se forçant un chemin vers elle.  Ce troll, dénommé Molgeric Fumetdouteux, était le gérant de ce tripot. Il était "honorablement connu des services de police" comme le veux la formule consacrée, sa tête était mise à prix sur tous les contients. Et Molgeric se dirigeait vers Limarwinn, un large sourire carnassier découvrant ses canines jaunies, et son regard froid, glacial...glaçant... planter dans celui de notre naine. Limarwinn déglutit nerveusement quand Molgeric s'installer à ses cotés.
- Salut à toi, noble Limarwinn, soit la bienvenue dans notre humble taverne, c'est un honneur de te compter parmi nous.
- Tu me connais !!
- Bien sur ! tu es presque aussi connu que moi ... tu es crainte des miens, tout autant que je suis craint des tiens.
- je vois...
- Que me vaut le plaisir de ta présence ici bas ?
- des affaires...
- des affaires ? quelles genre d'affaires ?
- des affaires ... privées...
- je vois...

un silence pesant s'installant.
- Comprends moi Limarwinn, la présence du chef de la plus Célèbre troupe de guerrier de l'alliance, n'est pas vraiment pour faire prospérer mes affaires...
- je vois...

le silence revint..
- alors ? demanda le troll
- je ne suis pas là pour toi, ni pour faire des histoires, et je ne me préoccupe pas de... ta clientèle.
- je vois...  que puis-je pour toi ?

Limarwinn avalla une longue gorgée de biere pour se donner du courage.
- Parles-moi de la chanteuse...
Le troll se retourna vers la scene, et partit d'un grand éclat de rire.
- ah elle ... oui biensur... tu viens pour elle.
- ...
- j'aurais du me douter que cela te déplairait.

Limarwinn fronça du sourcil, et tappota son verre sur la table.
- en effet ... ça me déplait.
- il faut me comprendre... je devais faire un exemple .
- ...
- si ça n'avait pas été un des tiens, il aurait servir à nourrir les dragons, mais je ne suis pas fou à ce point.
- tu savais donc

le silence s'installa de nouveau.
- peu de choses m'échappent, connait tes amis, et tes ennemis encore plus encore.
- je vois
- il a des dettes... de grosses dettes... des dettes de jeux
- combien ?
- 15 000 po

Limarwinn manqua de s'éttouffer avec sa biere.
- fichtre !!! nom d'un petit gnome !!
- comme tu le dis ...

Limarwinn prit le temps de réfléchir.
- il paiera
-j'y compte bien
- je m'y engage
- j'ai confiance en ta parole
- à la fin de la soirée, libère le de sa punition, j'ai besoin qu'il soit en forme le matin
- pour pourchasser les miens !

limarwinn partit d'un grand éclat de rire.
- en effet !!
-...
-...
- c'est entendu.


Après quelques banalités, les deux guerriers se saluèrent, et la naine repprit le chemin du Cochon Siffleur.

Limarwinn se prépara une rasade de vodka drenai, et s'installa dans son fauteuil attendant le retour de sa "belle de nuit". Il était en colère, et tres amusé, et furieux, et agacé, et tres amusé.  A l'aube, il finit par pousser la porte du repère, n'essayant meme pas d'etre discret.
- Limarwinn tu es là !
-...
- je me doutais que tu voudrais des explications
- Molgeric t'as fait part de notre accord ?
-... oui..
- alors cette conversation est terminée.
-...
- le chapitre est clos
- ...
-pour toujours !
-...
- pour toujours ?
- .. biensur ...

- alors va te coucher... pense à te démaquiller.
Il acquiessa et commença a gravir les vieilles marches de bois
- Lim ?
- oui ?
-...merci..
- si tu n'etais pas ainsi, tu ne serais pas notre Zeuz préféré. Bonne nuit !
- Bonne nuit à toi aussi ...


Et le chasseur fila dans les escaliers sans demander son compte.


FIN


Dernière édition par Beetyourson le Ven 28 Fév 2014 - 8:36, édité 9 fois
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Sindaril le Jeu 27 Fév 2014 - 10:03

ça donne envie de connaitre la suite ^^ ... gg
avatar
Sindaril
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 1233
Age : 57
Localisation : Côte d'Azur
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Jeu 27 Fév 2014 - 11:36


_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Hystera le Jeu 27 Fév 2014 - 12:49

Ben c'est qui ??????
avatar
Hystera
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 546
Localisation : Val d'Oise - Franconville
Date d'inscription : 17/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Jeu 27 Fév 2014 - 18:37

moi je connais la fin !!!  
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Jeu 27 Fév 2014 - 23:25

Mouarf

_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Lechât le Jeu 27 Fév 2014 - 23:29

Moi je trouve que ça manque d'illustration   

Mais juste une oeuvre parfaite ça vaudrait le prix Goncourt Very Happy     

_________________
Lechat... = Licorne Entreprenante, Curieuse, Heroïque, Artiste Teigneuse
avatar
Lechât
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 871
Age : 20
Localisation : etampes
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Ven 28 Fév 2014 - 6:17

c'est bourré de fautes, je verrais ça ce soir ... ou pas
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Sindaril le Dim 2 Mar 2014 - 9:25

Mais .. LOOOL  !!
avatar
Sindaril
SAMOURAÏ
SAMOURAÏ

Nombre de messages : 1233
Age : 57
Localisation : Côte d'Azur
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Dim 11 Mai 2014 - 0:58

A l'ombre des majestueux Bois !

Exceptionnellement, je vais faire une dédicace explicite pour cette histoire : IDEM !

________________________

Chronologiquement, cette histoire se passe, vers la fin de l'adolescence de Beetyourson, un peu après l'épisode des furbolgs, et bien avant qu'elle ne devienne  une louve. Nous sommes à l'époque où Limarwinn et Oya dirigent d'une main de fer (dans un gant de velours), une école perdue au fonds des bois, dans l'abbaye de la foret de Glodshire. Cf les précédents épisode, et en particulier ceux dans les 3-4 premières pages de ce topic.


__________________


Plic ...Ploc ... Plic ... Ploc..



Le son mat des gouttes s'échappant entre les fougères pour venir s'écraser sur le banc en bois, à moitié recouvert par la mousse rythmait le temps. Les rochers humides étaient froids, et l'antre du feux avait depuis longtemps usé ses dernières braises.

L'aube se levait au loin d'un rai bleu marine que l'on commençait à distinguer sur l'horizon de la nuit noir, donnant aux cimes ciselées des montagnes un air fantasmagoriques.  La faune et la flore ne s’était pas encore éveillés, seul le clapotis du ruisseau, et le murmure du vent, répondaient à la musique syncopée de la pluie drue de printemps. 

Tandis que le jour se levait, que la lumière prenait le pas sur la pénombre, que le bleu marine du ciel laissait peut à peut place a ce gris des jours pluvieux, la foret s'anima. L'humidité et la fraicheur du jour faisait se lever une de ses brumes fraiches de printemps qui vous donne envie de rester sous la couette, tout en baignant l’atmosphère d'un éclairage surnaturel. Nul n'aurait été étonné de voir surgir au détour d'un chemin, un fantôme venu du fonds des ages, et entre-choquant de lourdes chaines tout en poussant un lugubre gémissement de détresse. Soudain, la pluie se fit plus drue, les douces gouttes devinrent vacarme. L'eau semblait venir de toute part, rebondissant sur les obstacles, feuilles, troncs, sol sans perdre aucunement en vitesse et en force.

Chaque animal de la foret s'abrita comme il pu, protégeant ses petits de son corps, les réchauffant de son souffle...

Beety, qui s'était réveillée depuis peu, et dont les muscles étaient encore gourd de sommeil et du froid de la nuit, s'étira. Elle aimait l'odeur si particulière de la pluie. Elle adorait sentir les milles goutes  perler sur elle, et même si elle pestait toujours de voir ses longues nattes mouillées, elle n'aurait jamais manquer le plaisir le marcher, comme seule au monde, dans la foret sous la pluie.

Elle se leva des rochers où elle s'était lovée pour la nuit, rangea sa couverture et son livre dans sa besace, prit son épée posé à ses cotés pour la glisser dans sa ceinture. Elle mis sa cape, dont elle retourna la capuche pour que celle-ci, qu'elle n'aimait surtout pas porter sous la pluie, ne se remplisse pas, resserra le laçage de ses lourds godillots. Se faufilant dans le petit interstice entre le ruisseau soudain grossit et les fougères qui cachaient l'entrée de sa grotte secrète, elle quitta sa cache.

Elle marcha longuement, sans but précis, se laissant guider par ses pas et ses pensées.

La pluie cessa ... un peu ... puis repris... Beety était maintenant trempée jusqu'au os, l'eau de la pluie ruisselait entre ses omoplates, sa longue chevelure blonde avait pris des teintes auburns, et quelques mèches folles frisotaient tout autour de son visage.  A chacun de ses pas, elle sentait l'eau clapoter entre ses orteils, ses vieux godillots n'étaient plus trop étanches, mais elle les aimait tant...tampis elle les ferait sécher en rentrant à l'école.  Beety avait cette faculté de s'attacher sentimentalement, aux choses les plus insignifiantes, elle n'aurait tout simplement jamais pu jeter des godillots, même usés.

Soudain, au loin, derrière le vacarme de la pluie, elle perçut le sont mat des cloches de la Cathédrale sonnant 8h, et plus proche, en ecchos, le son plus cristallins de la cloche de l'abbaye, où elle étudiait. Elle devait se presser  sans quoi, elle serait en retard pour le petit-déjeuner, et il n'y avait jamais de deuxième service.

Déja que Limarwinn, voyant d'où elle venait, et l'état de ses vêtements, ne pourrait pas s’empocher de la semoncer pour avoir passer la nuit dehors, en dépit du danger et des avertissements d'Oya. Les défias, les troggs, les hordeux représentaient tout autant de dangers que l'on pouvait croiser dans la foret. Et il était fort peu probable que la jeune-femme récement passé de sa formation de soigneur, à celle de soldat, soit capable de leur faire face. La colère de Limarwinn risquait d’être épique. Heureusement qu'elle avait bien potasser, au coin de son feu de camp, à l'abris de sa grotte secrète, ses cours de sors et d'esquive...Elle pourrait peut-être adoucir la paladine, en montrant son assiduité à sa nouvelle vocation.

Les cours d'esquives !!! Elle se rappelait bien avoir ranger son livre de sorts... mais celui sur les esquives par contre, elle ne se souvenait pas l'avoir ramassé, et à juger par le poids de sa besace celle-ci ne contenait qu'un seul livre. Soudain, le rouge aux joues, Beety rebroussa chemin et se mit à courir vers son antre.

Tandis qu'elle se dépêchait, coupant entre les arbres, et à travers les clairières, la pluie cessa. Quand elle arriva devant les fougères, un charmant spectacle l'attendait. La petite retenue d'eau en forme de cuvette avait formé un beau bassin d'eau claire, où le ruisseau se jetait dans une joyeuse cascade. Un rayon de soleil venait frappé les lieux, lui donnant l'aspect attirant des jours d'été. C'était si attrayant que Beety ne résista pas...

Après avoir vérifier que personne ne semblait être dans les parages, elle ôtât un à un ses vêtements mouillés, les étalant sur un rocher ensoleillé pour espérer les sécher un peu, puis une fois en tenue d'Eve les abandonnant tout à fait pour se diriger vers l'eau. D'un geste fluide et vif, elle plongea dans l'onde froide. Nageant longuement sous l'eau, avant de sortir prendre sa respiration. Et là telle une enfant, elle laissa échapper dans l'air un rire cristallin.  Elle se glissa sous la cascade, laissant les puissants jets masser sa peau, la rougissant sous le froid et l'impact. Le temps semblait avoir suspendu son vol.

Elle était tout à sa joie enfantine, profitant de ces moments d'union avec la nature, quand elle perçu distinctement le craquement d'une branche d'arbre. Lestement elle se saisit de son épée, et surgissant de l'eau seulement habillée de sa longue chevelure défaite, s’apprêtât à faire face à l’ennemi.

Elle entendait son cœur battre dans ses tempes, tandis qu'elle tentait de calmer le rythme précipiter de sa respiration. Elle attendit immobile, le froid de l'eau se faisant soudain mordant contre sa peau, et le vent venant frapper son ventre et son dos avec insistance. Elle allait finir par se dire qu'elle avait rêvé, quand elle distingua un bruissement...puis des bruits de pas... des pas qui se rapprochaient d'elle. Elle retient tout à fait son souffle, s’apprêtant à mener combat, quand l'intrus lui apparu. Un majestueux, jeune cerf. Un cerf en pleine santé, avec de beaux bois bien fort, et cet œil malicieux qu'ont les cerfs aux printemps.

Beetyourson éclata de rire, poussa un grand soupir de soulagement, et baissa son épée. Et se laissant choir lentement dans l'eau dit au cerf :
- c'est donc toi !! tu m'a fait si peur !! Si tu savais !!
Bien évidement le cerf ne répondit pas, il agitât seulement ses oreilles de velours, se demandant surement ce que lui voulait cette humaine au milieu du ruisseau.

Au loin, la cathédrale sonna 9h! Pour le coups elle avait raté le petit déjeuner, et allait aussi être en retard en cours. Beetyourson sortit précipitamment de l'eau, saisi ses vêtements encore humides, s'habilla prestement et partit en courant sous l’œil stoïque du jeune cerf. Avant de quitter tout à fait le lieu, elle se retourna vers le cerf :
-A bientôt mon ami !! je t'aurais bien fait quelques caresses, mais le temps me manque... la prochaine fois peut-être !!
Et elle s'en alla tout à fait, courant aussi vite que la portait ses jambes. Longtemps, le cerf la regarda s'éloigner, les oreilles aux aguets et l’œil malicieux. Puis il s'éloigna aussi du point d'eau.

_____

Beety poussa la lourde porte de la salle d'hast, et timidement salua le professeur.
-beety !! Quand te décideras-tu à ne plus rêvasser ? Il est évident que tu es encore allé te promener, seule, en foret, et que ta contemplation de la nature, t'a fait oublier le temps. Je me trompe ?
Beety rougit violemment, se tordit les mains, et chercha une explication plausible. N'en trouvant pas, elle se résigna.
- Non Lim
- tu connais la sanction ?
-Oui... une semaine de plonge.
- Parfait ! Allons reprenons le cours.


Beety était concentré sur les schémas stratégiques que Limarwinn présentait, quand Romanesc l'interpella. :
-Psss... Psss
- chuttt
- Psss...psss.
- quoi ?
-j'ai un truc à te dire !
-mais on va se faire chopper...
-mais non !
- lim ne veut pas qu'on bavarde pendant les cours ...
- ben écoutes moi alors.
-...
-ils sont revenus ce matin, et ils sont si beaux !!
- qui donc ?
- mais voyons tu sais bien !!
- non je ne sais pas .
- ceux qui étaient paris faire leur initiation chamanesque et druidesque.
-druidique
- C'est pareil! C'est fou comme quelques mois on pu les rendre ...différents. J'ai hate de faire la mienne !
- de quoi ?
-ben d'initiation ! Ils sont revenus, si forts, si bronzés...et elle ajouta dans un souffle : si sexy !
- tu deviens folle !
- Non je t'assure !

Soudain la voix de Limarwinn interrompu nos deux amies :
- Beety non seulement tu es en retard, mais en plus tu déconcentre ton amie Romanesc
- mais non ... enfin ..
-Ça suffit ! tu vas allé voir Oya à l'intendance, il a besoin d'un coup de main. Et ne reviens pas en cours avant d'avoir décidé d’être concentrée !


Sans ajouter un mot Beetyourson, ramassa ses affaires et quitta la salle, le coeur lourd.  Elle se dirigea vers l'arrière-cour où Oya était occupé à faire décharger des lourds d'approvisionnement.

Elle était tellement concentrée sur ses fulminations après Roma, qu'elle ne vit pas arrivé le grand jeune-homme qui surgit au détour d'un couloir. Et emportée par son pas pressé, elle le percuta violemment, l'entrainant dans sa chute, seulement retenue au moment où sa tête allait heurter lourdement le sol par les bras musclés du jeune-homme. Elle tourna son visage vers le sien, et resta hypnotisé par ses yeux.

Ils restèrent là quelques instants, immobiles n'osant pas bouger, ni même respirer. Puis il pris la parole :
- ca va ?
-euh oui
-alors tu peux te relever que j'en fasse autant.

Elle rougit fortement et bondit sur ses pieds.
-désolée
- c'est toujours un plaisir d’être percuté par toi.

Elle le dévisagea, elle le connaissait, il lui était familier...
- Elfo !
- Ben oui ! Il suffit que je parte en retraite quelques mois et tu m'oublie !
-euh non !... tu as ... changé...

Elle rougit d'autant plus, et décida de se concentrer sur l'observation de ses pieds pour ne plus croiser le regard du jeune-homme. Le jeune-homme se mit à rire.
- quoi ?
- rien voyons ! toi tu as toujours le même caractère de cochon !
-oh!!
- tu t'es remise de ta baignade matinale ?

Le regard de beety se posa soudain, sur les tatouages rituels qui ornaient désormais les bras musclés du jeune Elfe. Ses tatouage désignaient en langage druidique les forme métamorphiques qu'il avait apprises durant sa retraite. Elle plongea alors son regard dans celui malicieux de l'elfe. Et tandis que la lumière se faisait dans l'esprit de la jeune-fille, elle fut saisit d'un mélange de honte et de colère. Elle lui assena un coup de point sur le torse qui ne fit même pas vaciller l'Efle.
- espèce de gougeat !
Et Il se mit à rire.

Beetyourson, se retourna et d'un air aussi digne et assuré que possible décida de reprendre son chemin. Elle n’eut pas le temps d'esquisser deux pas, qu'elle senti Elfo lui retenir le poignet. Celui-ci se pencha tres lentement vers elle, et après avoir effleurer la joue de la jeune-fille de ses lèvres, il lui murmura au creux de l'oreille :
- n'oublie pas ce que tu m'as promis en foret... pour notre prochaine rencontre...

D'un souffle, il déposa un tendre baiser sur le bout de son nez, et s'en alla, non sans avoir une dernière fois poser sur elle son regard malicieux...
__________________


Pour rappel c’était une demande d'Elfo en page 1, que je parle de notre rencontre, je cite:

Ennnnnnnnnnnnnnnnnnnn et il est ou le bel elfe, ce personnage elegant talentueux, intelligent. Bien qu'ayant grandit en teldrassil. Il l'a connu jeune la petite beetyourson. il se rappelle de ces début ou la vue d'un furbolg du loch modan la faisait hurler de terreur, et qu'il arrivait tel un chevalier au secours d'un blondasse qui ne voulait pas tuer un mob sous pretexte que c'detait méchant et plein de cruauté.
Il s'agit bien sur, d'une fantaisie RP, dans la vraie vie je ne me baigne pas nue dans les ruisseaux glacés et Elfo ne se transforme pas en cerf....quoi que ça pourrait être rigolo   
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Beetyourson le Dim 11 Mai 2014 - 2:32

mine de rien, je viens de me rendre compte, que pondre ce texte (imaginer la trame, la frappe, les corrections), avec la mise en page, les couleurs, la mise à jour du sommaire et tout, m'a pris 2h... bon je file, discrètement, rejoindre mon elfe qui est déja dans les bras de morphée depuis belle lurette   
avatar
Beetyourson
TAÏSHÔ
TAÏSHÔ

Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : dans un grand pot de miel
Date d'inscription : 26/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Limarwinn le Lun 12 Mai 2014 - 8:30

Lol, bravo :-)

_________________
Bien l'bonjour de Limarwinn la Naine Paladine !
avatar
Limarwinn
SHOGUN
SHOGUN

Nombre de messages : 6398
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 10/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prose, vers et autre (maj 28/02/2014)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum